The High Road to Kilkenny

Gælic songs and dances of the 17th & 18th centuries

À propos

After For Ever Fortune (Alpha Classics, 2010), this second incursion of Les Musiciens de Saint-Julien in Celtic lands, The High Road to Kilkenny, combines refined, ‘highbrow’ pieces along with an entertaining repertoire of songs in Gælic and dances from the Irish Baroque.

Embodied in a language, dances and emblematic instruments, Irish music also bears in it the mark of an insular pœtry and a turbulent history. Thus, it is to these that this exhilarating, entrancing programme bears witness, and for which François Lazarevitch went back to original texts and collections of the 18th and 19th centuries. Varied couplets, lullabies, minstrel songs and hymns to Nature relate and dance to themes of love, infidelity, and the seasons as well as occupation and exile.

Sensitive to interpreting this repertoire today, short of the picturesque or ossified codes, Les Musiciens de Saint-Julien find inspiration in the art of phrasing and ornamentation taught in numerous Baroque treatises, the energy and pœtry of period instruments, and the mix of musical traditions and sources. Here they are at home at the table of the great Irish names of the 17th and 18th centuries, and once again cross paths with one of their faithful partners: tenor Robert Getchell, very much present on the Baroque lyric stage and impassioned by different kinds of Irish music.

CD available – Alpha Classics label

6 to 8 artists
Robert Getchell, tenor
François Lazarevitch, flutes / tin whistle / small-pipes / direction
violin, clàrsach (Irish harp), Baroque harp, viola da gamba, theorbo/cittern, step dancing

Production
Les Musiciens de Saint-Julien, Irish Cultural Center in Paris, created with the support of the Spedidam

Video

Le disque du programme

  • Logo Choc de ClassicaChoc de Classica
  • Logo 5/5 De Volkskrant5/5 De Volkskrant

Alpha Classics • Alpha 234 • ISBN 3760014192340 • 1 CD • 1 h 09

  1. Oro Mhor a Mhoirin – The Gorum (4:48)
  2. Sir Ulik Burke (4:43)
  3. The Drummer (2:39)
  4. Cuckold come out the Amery (4:14)
  5. Edward Corcoran (2:36)
  6. Celia Connallon (3.08)
  7. Sir Arthur Shæn – Colonel Irwin – Clonmell Lassies – The Scolding Wife (5:12)
  8. Lord Mayo (6:09)
  9. Soggarth Shamus O’Finn (3:29)
  10. When She Cam ben, She Bobbit – Kitty’s Wishes (5:09)
  11. Do Chuirfinnse Felin Mo Leanbh a chodladh (3:41)
  12. The Banks of Barrow (3:41)
  13. James Betagh – Lady Wrixon (4:03)
  14. O’Neill’s Riding – Barrack Hill – Petrie n°94 – Irish Air (4:12)
  15. King of the Blind (3:18)
  16. Molly Mac Alpin (3:24)
  17. The Cunning Young Man (1:32)
  18. The High Road to Kilkenny – Toss the Father – The Mill Stream – Money Musk (3:19)

Photos

Programme

Anonyme
Oro Mhor a Mhoirin (chanson) – The Gorum – The Morning Star – The Country Girl’s Fortune (reel)

David Murphy (début XVIIe siècle)
Lord Mayo (chanson)

Anonyme
Soggarth Shamus O’Finn (Lament)

Variations de James Oswald (1710-1769) & Turlough O’Carolan (1670-1738)
When she cam ben, she bobbit – Kitty’s Wishes (reel)

Thomas Connellan (vers 1650)
Celia Connallon (chanson)

Turlough O’Carolan & Neal ms.
Sir Arthur Shaen (Air) – Colonel Irwin – Clonmell Lassies – The scolding wife (reels)

Turlough O’Carolan (1670-1738)
Sir Ulick Burk (chanson) – Edward Corcoran (planxty)

Anonymes
O’Neill’s riding (march) – Barrack hill – Petrie n°94 (slides) – Irish Air
Do Chuirfinnse Féin Mo Leanbh a Chodladh (I would put my own child to sleep) (berceuse)

Anonymes
The Banks of Barrow (Air) Turlough O’Carolan James Betagh – Lady Wrixon (planxty)

John & William Neal (1724)
King of the Blind

Anonyme
The Drummer (chanson)

John Peacock (1756-1817)
Cuckold come out the Amery

Anonymes
The High Road to Kilkenny (slip jig) – Toss the Feathers – The Mill Stream – Money Musk (reels)

Presse

juin 2018

Ouest France

The High Road to Kilkenny : standing ovation

La scène du Théâtre de Cornouaille en résonne encore. Les musiciens de Saint julien, placés sous la direction du flûtiste François Lazarévitch ont interprété la musique irlandaise du XVIIe au XIXe siècle, mardi, à la scène nationale. La salle affichait complet, et l’accueil chaleureux qui leur a été réservé était en parfait accord avec la musique qui invite à la danse et aux voyages, dans le temps comme dans les émotions. Présenté par l’excellent ténor Robert Getchell, le programme était varié et coloré: des danses aux chansons d’amour en passant par une très belle berceuse, Do Chuirfinnse Féin Mo Leanbh A Chodladh, chantées en gaélique, chaque cou- leur a enchanté un public à la fois conquis et enthousiaste. Il faut dire que la jeune stepdanseuse Emily Flack, a également fait sensation : une précision et un talent à couper le souffle, une énergie communicative, ont fait de ces moments de danse de véritables perles de bonheur. Il fallait pourtant bien se quitter. Les musiciens ont donné deux rappels, dont le très joli Parting Glass, en anglais cette fois, avant de reprendre le pre-programme, sous une vibrante standing ovation.

mai 2018

Ouest France

Embarquement vers The High Road to Kilkenny

Les Musiciens de Saint-Julien seront sur la scène nationale de Quimper, mardi. Menés parle flûtiste François Lazarevitch, ils interpréteront le répertoire baroque écossais et irlandais. On connaît les Musiciens de Saint- Julien pour leur travail précis sur la musique baroque de tous horizons. Après un premier album sur la mu- sique baroque écossaise (For Ever Fortune, sorti en 2012),
ils reviennent avec un nouvel opus, The High Road to Kilkenny, qui regroupe des airs de la musique ancienne irlandaise. « Pendant mes études de musi- cien, je me suis intéressé aux mu- siques irlandaise et écossaise, car elles me touchaient et je souhaitais les approfondir, se souvient François Lazarevitch. Je suis donc allé à la rencontre de musiciens qui transmettaient oralement. Quand on veut interpréter la musique an- cienne, on trouve des traités, des écrits dont on ne peut pas se passer, mais il faut aussi bien connaître la musique de danse, les ornementations et s’insérer dans la tradition orale. » Les artistes jouent d’instruments d’époque. Le public pourra découvrir la harpe triple, ou harpe irlandaise, un peu différente de nos harpes celtiques. Parmi les instrumentistes, le té- nor Robert Getchell interprétera quelques airs : « À l’époque, on trouvait, dans les cours, un auteur de poésie, un poète qui déclamait les textes et un harpiste. Quand, au XVIIe siècle, les musiciens sont devenus itinérants, le harpiste faisait tout. Nous avons donc choisi, entre autres, des pièces du harpiste le plus connu, Turlough O’Carolan (1670-1738), qui a lui-même écrit des textes. » La danseuse Emily Flack sera également sur scène aux côtés des musiciens. Cette recherche sur le répertoire irlandais ancien a été un travail de longue haleine. « Il a fallu aller à la source, trouver des partitions. Parfois, il n’y avait qu’une mélodie, quelquefois avec une basse, et nous avons fait les arrangements. Grâce à Edward Bunting (1773-1843), qui a collecté de nombreux airs pour harpe, nous avons pu trouver de la musique. » Huit artistes sur scène, une musique envoûtante, un « répertoire éclectique, avec de la musique aristocratique et de la musique divertis- sante », ajoute François Lazarevitch : chacun pourra découvrir ou redécouvrir les origines de la musique irlan- daise si appréciée dans notre région marquée de la culture celtique.

mai 2018

Le Télégramme

Éliane Faucon-Dumont

Les Musiciens de Saint-Julien ont mené le très nombreux public réuni mardi soir, au Théâtre de Cornouaille, sur « The High road to Kilkenny ». Chemin faisant, flûtes, smallpipes, violon, harpes triple et irlandaise, viole de gambe, archi- luth et cistre ont accompagnés les pas virtuoses d’Emily Flack et la magnifique voix du ténor Robert Getchell. Pleine de raffinements, la musique ou les chants signés O Carolan, Thomas Connellan, deux fameux harpistes du XVIIe siècle ou encore David Murphy, James Oswald, John
Peacock… célèbrent l’Irlande tout en invitant à un pas de danse. Robert Getchell explique brièvement le thème des chansons qu’il interprète avec beaucoup de poésie. Sa voix de ténor grimpe dans les octaves, épouse les sons élégants de la flûte (l’excellent François Lazarevitch). Il chante l’amour déçu, le voyage espéré, le port où l’on boit du bon vin. Des accents baroques L’ensemble aux accents baroques accompagne, sur des tempos changeants, ces voyages qui le conduisent du Nord au Sud de l’Irlande et parfois ces envies d’ailleurs. L’émotion qu’il fait naître se double quelque fois d’une grande nostalgie et d’une impression d’un impossible rêve. Souvent, se plaçant au centre de l’orchestre, Emily Flack danse. Courte robe en cuir, pull noir, elle interprète ces steps qui sont la marque de l’Irlande. Le public, enthousiaste, salue chaleureusement chacune de ses interventions. Puis les harpes s’unissent, tout comme autrefois le temps d’une intense mélodie, la flûte, les cordes entrent parfois un à un dans un air à danser. Robert Getchell chante en anglais, en gaélique. « Do Chuirfinse Féin Mo Leanbh a Chodaldh », une berceuse anonyme, est l’une des merveilles de ce concert.

Discographie

all discs

Discover our other programs

all programs